Pratique

Samedi 18 septembre 2021 : un mouvement social entraîne la fermeture des 7 déchèteries du territoire

Mis en ligne le

Les salariés du groupe Tribord, gestionnaire des déchèteries d’Erdre & Gesvres, lancent une grève reconductible ce samedi afin de dénoncer la hausse de l’insécurité dans les déchèteries du territoire.    

Les 7 déchèteries du territoire seront fermées ce samedi. Les salariés du groupe Tribord sont à bout et dénoncent des conditions de travail dégradées (recrudescence des vols, des incivilités et actes de vandalisme répétés), un dialogue social déficient et la préservation des droits professionnels des salariés.

Leurs revendications ne s’arrêtent pas là : 

1. « Consultation publique et privée avec le préfet de Loire-Atlantique afin de remédier à la situation des dégradations et vandalisme permanent des sites concernés

2. Réel suivi et prise en compte par le procureur de la république de Loire-Atlantique sur les peines et sanctions encourues lors de vandalismes opérés au quotidien sur le territoire.

3. Réelle Garantie de sécurité pour les agents sur site en cas de confrontation avec récupérateurs et vandales avérés.

4. Pénalisations ou sanctions à l'encontre des usagers pris sur les faits ou documents à l'appui en cas de dépôts sauvages aux abords des déchèteries 

5. Suivi des rapports d'incidents des gardiens dans le cadre de dépôts exogènes dans les bennes non attitrées à cet effet, et sanctions pour les récidivistes. »

La communauté de communes dénonce les actes de vandalisme et les conséquences qu’ils font peser sur les conditions de travail des agents de déchèteries. Elle entend agir à son niveau pour améliorer la sécurité de ces derniers sur sites. L’enlèvement quotidien des déchets électriques et la mise en place d’un nouveau système de vidéoprotection, font partie des dispositifs envisagés.  Dès la semaine prochaine, des agents cynophiles de sécurité seront également présents de manière régulière. 

 La communauté de communes entend aussi intervenir auprès des services de l’Etat pour qu’ils prennent en compte les revendications des salariés du groupe Tribord et prennent les mesures dont ils ont la responsabilité.